ART...

 

aquarelle, C. Olivier Bonvin
aquarelle, C. Olivier Bonvin

 

En visite chez des amis ce week-end fatidique de la mi-novembre 2015, un sujet fut abordé: qu'est ce que l'art ?

En cette fin des temps qui annonce un renouveau tant attendu, avec ou sans messie, la question est saugrenue. C'est comme de poser la question: qu'est-ce que la vie ?

J'ai déjà effleuré ce sujet dans quelque article précédent sans aller jusqu'au bout car on ne le peut vraiment. Comment définir ce qui est immatériel avec des mots, termes et expressions utilisés pour définir et décrire ce qui est matériel ?

Alors partons du non-vivant et suivons la piste des scientifiques qui étudient chaque jours l'infiniment petit ou le vibratoire.

D'abord nous avons la physique quantique:

 

Lucrèce ayant dit que chaque atome est la vie, les scientifiques étudient la physique des particules en essayant de découvrir ce qui se cache dans un noyau d'atome.

Au CERN à Genève, ils utilisent le Grand Collisionneur de Hadron d'une circonférence de 26,659 km pour collisionner les particules. Le 18 novembre 2010, des chercheurs annoncent qu'ils ont réussi à piéger pour la première fois des atomes d'anti-hydrogène dans un champ magnétique. Mais c'est éphémère, l'anti-hydrogène ça disparaît très vite... Heureusement, on risquerai de tous disparaître dans la tentative. Ils se concentrent donc essentiellement sur la physique quantique.

physique vibratoire

D'un autre côté il y a la physique vibratoire.

physique vibratoire

Par exemple les mathématiques qui ont été utilisées pour la théorie des supercordes proviennent d’un mathématicien de l’Inde, appelé Srinivasa Ramanujan. Ce qu’il dit essentiellement, c’est que la géométrie est la clé de ces dimensions plus élevées, dimensions de l'invisible. Il a dit également que la déesse hindoue Namakkad lui a enseigné tout cela en rêves.

Dans le sujet du modèle géométrique unifié on a des scientifiques comme Robert James Moon, ou le Docteur Hans Jenny qui a placé du sable dans de l’eau et a envoyé des vibrations à cette eau. Il a alors pu voir se former une géométrie sacrée. Cela signifie que la géométrie est le produit d'une vibration. La vibration crée la structure. Lorsque nous prenons le modèle de Moon, nous avons un modèle géométrique pour l’atome, et cela signifie que la matière est une vibration et les interférences vibratoires donnent l'aspect solide. Les impressionnistes avaient très bien ressenti avant l'heure cette nature vibratoire de l'univers physique.

Notons qu'il y a presque 100 ans que Rutherford avait fait ses expériences pour aboutir à l'idée que les électrons devaient être des particules. Ce modèle de l’atome a été appelé le modèle Rutherford. Cela ressemble un petit système solaire avec de petites planètes qui tournent autour du noyau et que la physique quantique scrute minutieusement.

electrons

 

Lorsqu’on se penche sur la manière d'apprendre l'art pictural on constate que l'étude de la nature occupe une place prépondérante. Le peintre scrute minutieusement son modèle (paysage, nature morte ou modèle vivant) pour en donner une représentation qui n'est de toute façon jamais juste dans le sens de la mesure exacte.

Les peintres du 15eme siècle s'appliquaient dans la recherche des proportions "divines" mettant des rapports géométriques dans leurs œuvres basés sur le nombre d'Or ou les harmonies musicales. Les architectes aussi, jusqu'à Le Corbusier et son Modulor, à la fois titre d'un livre et système de mesure. Le Modulor est né, nous dit-il, de l'observation de la nature, de l'étude des œuvres d'art, de leurs tracés régulateurs (Choisy) et des travaux de Matila Ghyka consacrés au Nombre d'or dans la nature et dans l'art. "la nature est mathématique, les chefs-d'œuvre de l'art sont en consonance avec la nature ; ils expriment les lois de la nature et ils s'en servent".

Voici quelques citations intéressantes à ce sujet:
 

LEONARD DE VINCI: « Quoique l'esprit humain fasse des inventions variées (...), il ne découvrira jamais d'invention ni plus belle ni plus simple, ni plus brève que celles de la nature, car dans ses inventions rien ne manque et rien n'est superflu, et ne va pas sans contrepoids »

« C'est une présomption de croire qu'on peut se ressouvenir de tous les effets de la nature la mémoire n'est pas capable d'un tel effort ; aussi le plus sûr est-il de travailler, autant qu'on le peut, d'après nature » Traité de la peinture

SIR JOSUE REYNOLDS « Celui qui revient à la nature, toutes les fois qu'il en trouve l'occasion, renouvelle ses forces. »

« Quelque sublime puissent être ses idées, il ne mérite d'être estimé comme peintre qu'autant qu'il peut mettre ce qu'il fait en exécution, et rendre ses idées sensibles aux autres par une représentation visible des objets. » Discours sur la peinture.

JEAN-DOMINIQUE INGRES « On est toujours beau quand on est vrai. Toutes les fautes que vous faites ne viennent pas de ce que vous n'avez pas assez de goût ou d'imagination, elles viennent de ce que vous n'avez pas mis assez de nature. » H. Delaborde, Ingres, sa vie, ses travaux, sa doctrine.

 

zao wu ki
Zao Wu Ki

On voit donc une géométrie née d'un état vibratoire, qui donne lieu aux formes et à l'arrangement des formes dans un espace. La nature offrant tous les modèles possibles que le peintre pourra choisir selon sa vision du beau ou selon sa détermination ou son intérêt.
Oui, mais l'abstraction alors? Rien n'est plus près de la nature qu'un tableau de Zao Wu Ki.

Rien n'est plus près de la nature qu'un tableau de la fin de carrière de Turner. Comme dit Ingres, ils sont "vrai". Ces peintres-là étaient connectés à la nature, ils se l'étaient appropriée, ils étaient la nature. On peut le vérifier dans leur biographie.

J. M. W. Turner
John M. William Turner


La pensée du peintre influence grandement sa perception en ce sens que l'état d'esprit influence la perception. On peut broyer du noir ou voir la vie en rose. La pensée se manifeste comme une vibration. Elle influence ainsi l'univers intérieur ET extérieur. L'intention avec laquelle le tableau est réalisé influencera directement le résultat. Ainsi peindre pour "se faire plaisir" ne donnera pas le même résultat que peindre "pour dénoncer" ou peindre "pour leur montrer" ou encore peindre "ce que j'ai dans les tripes". Toutes ces "raisons de peindre" ne sont pas vraies dans le sens où Ingres l'entendait.

L'art est communication, ou plutôt une qualité de communication. Comme un bon conteur sait vous faire rêver avec une histoire ridicule, un bon peintre à déplacé tout Paris pour des pommes. (Paul Cézanne)